Aujourd'hui j'ai testé pour vous…

Un bateau dans les airs

Testé par Jacques
Un bateau dans les airs

DÉCOUVREZ L'HYDRO ULM EN VIDÉO EN CLIQUANT ICI

Vous avez déjà pu voir dans le ciel des lacs de Champagne ou ailleurs, des ultra légers motorisés (ULM), des appareils dits « pendulaires »,  une aile delta avec un charriot nacelle en dessous ou des petits avions, dits « trois axes ».  Avec un peu d’habitude et d’attention on les reconnaît aux bruits spécifiques de leur motorisation. Mais vous n’avez peut être jamais vu encore un petit bateau à boudins gonflables  suspendu sous son aile qui sillonne plus lentement le ciel. Un exemplaire survole parfois la zone entre l’aérodrome de Brienne et le lac Amance.  C’est celui de Salvatore qui vous propose l’aventure « sol  air eau  air  sol » avec son hydro ulm.


Le rendez vous est pris avec Salvatore. Il m’attend pour prendre le café vers neuf heures à la base de Brienne.  Pilote et instructeur,  enthousiaste et communicatif, Il met tout de suite en confiance. Il a des  milliers d’heures de vol,  qu’il ne compte plus, sur différentes machines du domaine de l’ultra léger. Nous avançons vers l’ « oiseau  bateau » déjà prêt devant le hangar et il m’ y installe sans oublier de faire la photo et la vidéo souvenir. Casque avec micro pour échanger entre pilote et passager, habits coupe vent, lunettes de protection, gilet de sauvetage sont les équipements nécessaires pour l’expédition. Le tandem, pilote devant, est en place.   

C’est parti pour le décollage et les grandes sensations.  La première vision est celle du nez  du « bateau » au dessus de la piste en dur 10-28 de l’historique base aérienne de l’Otan. Nous grimpons vite à environ 30 degrés. Premier virage, l’appareil prend le cap au sud et très vite j’aperçois l’enfilade des lacs avec en premier Amance et la base nautique de Dienville. A ma demande, Salvatore survole la rive Nord des lacs jusque à être à la quasi verticale,  à gauche de la « Petite Italie », à droite du golf de la forêt d’Orient. Pour la sécurité du vol, l’altitude doit être maintenue entre 2000 et 3000 pieds. La base aérienne de Saint Dizier n’est pas loin et  justement nous voyons au loin deux rafales en entraînement à très basse altitude et donc largement en dessous de nous.


Virage à 180 degrés pour reprendre la direction de la base nautique sur laquelle nous allons nous poser, amerrir pourrait-on dire.  Ce premier virage prononcé est grisant, rapide et régulier livrant une vue panoramique du sol.  Dans cette nouvelle direction, la vitesse a nettement augmenté car nous avions auparavant le vent dans le nez. La vitesse doit être d’environ 80 à 90 kilomètres par heure. Il faut dire que ce type d’appareil  ne peut pas être rapide, la partie inférieure offrant une très grande prise au vent. Mais c’est idéal pour déguster la vue. A la verticale de la presqu’ile de la Petite Italie sur le lac d'Orient, nous nous offrons un 360 degrés qui double les sensations du premier virage.

Nous approchons de la base nautique et Salvatore doit perdre de l’altitude pour préparer une finale sur l’eau dans l’axe qui convient. C’est encore quelques belles spirales régulières qui nous conduisent au raz de l’eau. La surface liquide s’irise en vaguelettes et le posé est tranquille. Nous voilà sur un bateau gonflable faisant  son sillon sur le lac. Après une petite halte près de vrais embarcations, nous allons redécoller de l’eau et reprendre le cap de l’aérodrome. Le pilote doit tirer quelques câbles pour sortir les roues préalablement rentrées en phase de vol et d’amerrissage. Quelques virages sur l’aile qui peuvent rappeler les sensations sur un gros manège de Nigloland,  nous permettent de redescendre vers le sol de la piste en herbe de l’aérodrome. Juste avant, le long de la départementale Brienne-Troyes nous avons survolé une petite forêt dont les lisières forment ce que je croyais être une forme de chapeau de Napoléon. J’entends Salvatore qui me précise dans le casque que cela doit plutôt être la forme de l’aigle de l’armée américaine longtemps présente sur la base.

 Le vol a duré plus d’une heure, c’était super. 

Retrouvez mon aventure en vidéo en cliquant ici



Pour résumer…

Les Grands Lacs de Champagne vus du ciel, c'est à ne pas manquer !
Ça vous paraît sympa ? Faites passer le message :
Facebook Twitter Email

Jacques


Carte
interactive